La qualité des eaux superficielles

   L’évaluation de la qualité d’un cours d’eau résulte de nombreux paramètres, chimiques, biologiques, morphologiques, dont voici une petite sélection.
   La pollution par les matières phosphorées, issues principalement des rejets domestiques et urbains, régresse régulièrement et les cours d’eau affichent globalement une bonne qualité ; l’amélioration passe par la réhabilitation des réseaux d’assainissement et la modernisation des stations d’épuration ; La pollution par les nitrates provient en grande partie de l’activité agricole ; elle reste préoccupante car l’amélioration passe par une évolution des pratiques agricoles et la diversification des cultures ;
   La qualité bactériologique est le plus souvent de mauvaise en rivière (gaves et nives) et contrarient les activités nautiques sur les gaves et les nives, mais assez bonne en lacs. Les altérations proviennent des rejets domestiques.
   La qualité biologique traduit la qualité des peuplements vivant dans le cours d’eau ; excellente en amont, elle se dégrade au passage des agglomérations ou des zones industrielles (chimie, bois, agro-alimentaire), voire de l’agriculture intensive. Malgré une certaine amélioration, la plupart des rivières n’atteindront pas le bon état en 2015, proné par la Directive Cadre Européenne sur l’eau, en particulier les rivières de coteaux soumises aux pressions agricoles

Qualite_eausup_2011.pdf
fréquentation thermale
source thermale